• CURRICULUM VITAE en français

     

    Valérie Lacaze est chorégraphe indépendante.

    Ses créations sont protégées par la Société Suisse des Artistes

     

     

    2017 :

    Nouvelle création intitulée "Guigui" sur une musique de Michel Jonasz.

    Première dans le cadre de la Fête de la Danse 2017 à Genève le 5 mai.

    Puis, le 11 mai au BFM de Genève.

     

    Elle préside le Concours international de danse de la Côte Suisse le 11 février 2017.

     

    2016 :

    A l'invitation de Madame Feng, directrice du Ballet National de Chine, elle crée à l'été 2016 "Nuages et pluie" sur une musique de Shen Yiwen Yong.

    Madame Feng la complimente en ces termes : "parfaite compréhension de la musique chinoise",  "les mouvements abstraits dont le sens profond fait ressortir l'humanité des danseurs".

    Elle la programme en première mondiale en 2017 au Tanqiao Theater de Pékin.

     

     Nomination : "Membre du Conseil International de la Danse".

     

    2015 :

    "Le faune était une femme" Solo de 9mn30 pour Charlotte Landreau, danseuse de la Cie Martha Graham de New-York. Musique de Claude Debussy. Première mondiale à New-York le 7 octobre 2015 à l'invitation de la direction de la Martha Graham Dance Cie.

    Cette chorégraphie et son interprète reçoivent une standing ovation au "Cape Dance Festival" de New-York le 23 juillet 2016.

     

     " Ton dernier voyage", commande pour le Gala Grand Théâtre de Quebec - Canada, 30 Mai 2015. En avant-première le 9 mai au théâtre de l'Octogone à Pully - Lausanne.

    "Tango mauve" sur une musique originale de Anne Vadagnin. Le 5 mars aux Nations Unies à Genève pour le "Women's Day 2015". Le 9 mai au théâtre de l'Octogone à Pully - Lausanne. Gala Grand Théâtre de Quebec - Canada, 30 Mai 2015

    " Léo " Solo sur une musique originale de Anne Vadagnin- 30 mai 2015 : Gala Grand Théâtre de Quebec - Canada.

     

    Elle a composé les 6 variations imposées de danse moderne du Concours International "Petipa" 2015.

     

    2014 :

    "A mundo condito" pour le Women's day 2014 organisé par les Nations - Unies à Genève le 7 mars.

    Le 1er mai 2014 à Nyon, Suisse, Festival "Visions du Réel".

    Les 4 et 5 juillet au Château de Chillon - Suisse.

     

    2013 :

    " Qualia ou La vie d'artiste  Chorégraphie pour 30 danseurs, Création musicale : Anne Vadagnin.

    Première mondiale aux Arènes de Nîmes les 12-13-14-15 août 2013 ( 32'000 spectateurs).

    25/26 novembre 2013 au Festival international du Tianqiao Theater Beijing-China.

     

    2012 :

    " Camille Claudel, la mariée de l'oubli ", Création chorégraphique d'une heure pour 25 danseurs .
    Création musicale : Anne Vadagnin.
    Cette chorégraphie est choisie pour le spectacle anniversaire de la Mission Suisse auprès de la Communauté Européenne le 30 mai au Théâtre National de Bruxelles. Le public constitué de députés européens, de ministres et d'ambassadeurs accueille ce spectacle avec 15 minutes de standing ovation. Suivi d'une tournée en Italie ( festival de Como, ... ).

     

     

    Principales autres Chorégraphies :

    1991 "Encres de Chine", 1992 "La flûte désenchantée", "Effluves", 1994 "La mariée de l'oubli", 1996 "Tentatives d'innocence", 1997 "Passages", 2000 "Roméo & Juliette", 2010 "Verlaine", ... .

     

    Toutes les vidéos officielles sont sur : http://lnkd.in/dtmEUtU

     

     

    C.V.

     

    Valérie Lacaze suit une formation classique académique dans une petite ville française dès l'âge de trois ans et demi avec une ex-danseuse de l'Opéra de Paris.

    Elle crée sa première chorégraphie officielle à l'âge de 16 ans au théâtre municipal de Cognac-France.

    Elle obtient ses diplômes universitaires avec une année d'avance, son premier contrat de danseuse à l'âge de 20 ans et danse professionnellement en France pendant 7 ans.

    Ses études de pédagogie influencent chaque année son intérêt croissant pour l'enseignement. Elle croise l'opportunité de créer une école de danse et s'engage corps et âme dans cette action qui durera 9 ans. Valérie Lacaze est diplômée d'Etat.

    Plusieurs de ses élèves remportent des concours nationaux et européens et deviennent professionnels. L'un d'eux est aujourd'hui "Sujet" à l'Opéra de Paris.

    La magie du spectacle ne la quitte jamais et elle crée de nombreuses chorégraphies pour les concours ainsi que des spectacles pour le Jeune Ballet qui porte son nom. Le musicien J.P. Mouton compose pour ses productions et ils font ensemble deux disques de musique pour la danse.

    Elle préside la "Confédération de la danse en région " pendant 5 ans.

    En tant que chorégraphe elle reçoit un "agrément à la création" du Ministère de la Culture français pour diffuser ses chorégraphies et les produire dans les théâtres de sa région.

     

    Ses élèves sont récompensés en France et en Europe :

    Admissions : Ecole de l'Opéra de Paris, Ecole Rudra Béjart, Danseurs professionnels, Professeurs de danse diplômés d'état.

    1991 : Premier Prix de la danse Marcelle Bourgat, Paris / Médaille en finale du Prix Carpeaux, Valenciennes

    1992 : Premier Prix soliste - Premier Prix chorégraphique "Jeune Talent" Castiglioncello - Italie

    1993 : Premier Prix soliste et Premier Prix chorégraphique Tremplin International " Khoréia"

    1994 : Premier Prix des rencontres Rotariennes de la danse, Ballet du Nord - Roubaix

    1995 : Grand Prix National de chorégraphie "Jacqueline Chaumont" Scène Française - Paris

     

    Depuis 1995, elle chorégraphie les variations imposées de danse classique et de danse moderne pour différents concours en Europe et au Canada.

     

    Auditionnée par Maurice Béjart en 1997, elle devient professeur de danse moderne permanent dans son école Rudra Béjart à Lausanne en Suisse. Depuis 1997, elle a régulièrement créé des séquences chorégraphiques pour les spectacles de Rudra, pour la jeune compagnie de Maurice Béjart : La "Cie M" et lors de stages internationaux, notamment au Japon.

     

    En 2004 lorsque Maurice Béjart entame la création d'une pièce inédite pour son école Rudra, spontanément, Valérie Lacaze lui propose d'en faire le reportage photographique.

    C'est ainsi que la photographie entre dans sa vie, comme un troisième oeil qui ne peut se détacher du mouvement des artistes, de la beauté des enfants du monde, des oeuvres qu'elle croise au cours de ses nombreux voyages.

    Ses photographies sont régulièrement publiées dans la presse européenne.

    A la suite d'un reportage en Inde, le palace " Mandarin Oriental " de Genève dirigé par Monsieur et Madame Torriani organise une exposition de ses photographies d'enfants. L'exposition sera prolongée de 5 semaines.

    En 2010, elle refonde tous les portraits officiels des danseurs du Béjart Ballet Lausanne.

    Exposition photographique relatant les 20 années d'existence du Rudra Béjart : Théâtre National de Bruxelles pour la Mission Suisse auprès de la Communauté Européenne.

    Plusieurs de ses photographies ont été choisies pour figurer dans le livre de Monsieur Sándor Szabados : " BEJART BALLET LAUSANNE WORLD TOUR " Le vernissage a lieu le 30 octobre 2014 à la "Cité du Temps" de Genève.

     

     

    Diplômes et compétences :

    Membre du Conseil International de la Danse depuis 2016

    Chorégraphe indépendante, artiste SSA ( Société Suisse des Auteurs )

    Titulaire du Diplôme d'Etat de professeur de danse, Ministère de la Culture Française

    Photographe correspondante pour l'agence de presse Cit'images Paris, rédacteur en chef Pierre Rousseau
    DEUG STAPS, Université de Poitiers
    Titulaire du diplôme d'état de secouriste réanimateur
    Titulaire du diplôme d'état de Maitre Nageur Sauveteur

    BAC, Philosophie

     

    Création de sites internet : bejart-rudra.ch, loanverneau.com, TaoFemina.com , Michel Gascard.com
    Maitrise : Dreamweaver, Photoshop, Adobe Bridge, Aperture, Microsoft Applications, Amadeus pro, Apple applications.
    Langues : Français langue natale, Anglais Capacité professionnelle complète, Allemand Notions.

     

    Autres expériences :

     

    Professeur d'acrobatie Ecole Rudra Béjart, Fondation Bejart Ballet Lausanne

    2001 – 2002

     

    Actrice - Modèle

    1986 – Paris

    1er rôle dans la série "Baguette magique" : 4 épisodes diffusés sur TF1, réalisation Cappa

    Défilé Haute Couture pour le grand couturier Per Spook - Paris

    Modèle pour Haute Coiffure Alain Divert - Paris

     

    Valérie Lacaze est mère de deux enfants.

     

  • CURRICULUM VITAE in English

    Valérie Lacaze is a freelance choreographer

    Her creations are protected by the Swiss Society of Artists ( www.ssa.ch )

     

     

    Creations :

     

    2017 :

     

    April : new creation called " Guigui", music by Michel Jonasz.

    Premiere in Geneva for the National Day 2017 of Dance on May 5th.

    On May 11th at the BFM theater in Geneva.

     

    She was the jury's president of the  International Dance Competition " Concours international de danse de la Côte Suisse" on February 11th.

    Choreographies under construction.

     

    2016 :

    "Nuages et pluie" A creation for The National Ballet of China made on August 1st - 2016  - World Premiere in 2017 at the Tanqiao Theater - Beijing

    Nomination : "Membership by the International Dance Council CID"

     

    2015 :

    "The faun was a women" Solo for Charlotte Landreau, soilist of the Martha Graham Dance Cie, New-York. Music by Claude Debussy ( 9mn30).

    World Premiere in New-York on October 7th.  She received a standing ovation at the Cape Dance Festival in New-York on July 23rd 2016.

     

    " Ton dernier voyage", World premiere Gala Grand Theatre de Quebec - Canada on May 30th. On May 9th at the Octogone Theater in Pully - Lausanne.

    "Tango mauve" on a music created by Anne Vadagnin. On March 5th,  at the United Nations in Geneva, special performance for the Women's Day. On May 9th at the Octogone Theater  in  Pully - Lausanne. Gala Grand Theatre de Quebec - Canada on May 30th.

     

    February 28th-2015 at the "auditorium Rolex Learning Center of EPFLausanne" for the « Chinese Spring Festival Gala in Switzerland » : " Muji " inspired by my last trip in China.

     

    2014 :

    "A mundo condito" created for the Women's day 2014 - UNAIDS Geneva on March 7th

    Nyon, Switzerland on May 1st 2014 for the "Visions du Réel" festival.

    On July 4th & 5th in the Castle of Chillon - Switzerland.

     

     

    2013:

    "Qualia ou La vie d'artiste", a new choreographic work created for the Rudra Béjart school, Music composed by Anne Vadagnin.

     The world première will be held in the Nîmes Arena 12th, 13th, 14th and 15th August, 2013.

    At the international Festival Tianqiao Theater of Beijing-China on the 25th & 26th November, 2013.

     

    2012:

     "Camille Claudel, la mariée de l'oubli", a one-hour choreographic creation  featuring 25 Rudra Béjart dancers. Music composed by Anne Vadagnin.

    This choreographic work was selected for the anniversary show of the Swiss Mission to the European Union in Brussels, May 30th 2012. The performance was greeted with a fifteen-minute round of applause by the public, made up of diplomats, ministers and ambassadors.

    A photographic exhibition at the Théâtre National, Brussels, sponsored by the Swiss Mission to the European Union, celebrating 20 years of Rudra Béjart.


    Other creations:

    Encres de Chine, 1991; La flûte désenchantée, Effluves, 1992; La mariée de l'oubli, 1994; Tentatives d'innoncence, 1996; Passages,
    1997; Roméo & Juliette,  2000; Verlaine, ... .

     

    All the official videos are on  : http://lnkd.in/dtmEUtU

     

     

    C.V.

     

    Valérie Lacaze, learned classical dance with an ex-dancer of the Paris Opera in France since she was 3 years old. She created her first official choreography at the age of 16 for the City's theater of Cognac-France.

    She obtained her university qualifications a year early and her first dance contract at 20 years old. For the next 7 years she worked as a professional dancer.

    Her growing interest in education was underpinned by a new course of studies which led up to a state teaching diploma.  She had the chance to set up a dancing school to which she devoted herself body and soul for nine years. Her students have won national and international competitions and some have become professional dancers. One of them is today a sujet at the Paris Opera.

    Her love of the stage never abandoned her and she created choreographies for many competitions and children’s shows.

    J.P. Mouton composed the music for her productions and together they made two discs of dance music.

    She presided over the French Regional Dance Confederation for five years.

    She obtained a French Culture Ministry performance licence enabling her to put on and produce shows in national theatres.

     

    Her students have received the following honours and awards, in France and other countries of Europe:

    Admissions: Paris Opera school, Ecole Rudra Béjart, professional dancers, state certified dance instructors.

    1991: The Marcelle Bourgat best dancer award, Paris / Carpeaux Award finals medal, Valenciennes, France

    1992: Best soloist award– Young Talent best choreography award, Castiglioncello - Italy

    1993: Khoreia International Trampoline best soloist and best choreography awards

    1994: Rotary best dancer award, Ballet du Nord – Roubaix, France

    1995: The Jacqueline Chaumont Scène Française National choreography Grand Prix – Paris, France

     

    Since 1995, she creates variations and solos ( ballet and modern dance ) for several competitions in Europe and Canada.

     

    In 1997 she was auditioned by Maurice Béjart and became a full-time modern dance instructor at his school, the Rudra Béjart, in Lausanne, Switzerland.

    Since 1997, she created a number of choreographic works for the shows put on by Rudra, for Maurice Béjart’s young, cie M company and also  during masterclasses in Japan.

     

    2004 : Maurice Béjart accepted her spontaneous offer to create a photographic sequence of his new original ballet he was about to start work on with his Rudra students.

    Photography thus became a part of her life, like a third eye forever observing the movements of dancers, the beauty of the world’s children and the artworks encountered on her travels. Her photographs are regularly published in the European press.

    On her return from India, an exhibition of her images of children was put on at the Mandarin Oriental, Geneva, by courtesy of Mr. and Ms. Torriani. The exhibition was extended by five weeks.

    In 2010 she produced a new series of official portraits of the Béjart Ballet Lausanne dancers.

    Photo exhibition about the 20 first years of the Rudra Bejart's School at the "Théâtre National de Bruxelles"-Belgium, organized by the Swiss Mission of the Europeen Community.

    Mister Sándor Szabados, editor at "Beyond the Lens" chooses some of my photographs for his new book : " BEJART BALLET LAUSANNE WORLD TOUR ". The preview will take place in Geneva at the "Cité du Temps" on October 30th. Exhibition of the photographs from October 30th to December 12th-2014.

     

    As a freelance choreographer, these last years, she also created and directed major creations with the composer Anne Vadagnin :

    "Camille Claudel la mariée de l'oubli" : For the anniversary show of the Swiss Mission to the European Union in Brussels, May 30th 2012.

    The performance was greeted with a fifteen-minute round of applause by the public, made up of diplomats, ministers and ambassadors. For the 20' anniversary of the Rudra Bejart's School.

    "Qualia or The artist's life" : Nîmes Arena - France in front of 32'000 people ( 4 shows )Preview

    At the international Festival Tianqiao Theater of Beijing-China, 4'000 people ( 2 shows ).

    She created the 6 modern dance variations for the International Competition "Petipa" in Quebec-Canada. Her Pas-de-deux "Ton dernier Voyage" is presented during the competition's Gala.

    She did a special creation for the National Ballet  of China during the summer 2016.

     

     

    Certificates:

    Member of the International Dance Council since 2016

    Freelance choreographer, S.S.A. artist ( Swiss Society of Artists )

    State Teacher of Dance certificate attributed by the French Culture Ministry

    Photographer and correspondent at the "Cit'images Press Agency" in Paris-France, editor Pierre Rousseau

    DEUG STAPS (sports management/instruction & physical education), Poitiers University (France)

    State First Aid and Reanimation certificate

    State Lifesaving certificate

    French Baccalaureate (philosophy)

    Skills

     

     

    Website & logo creation: bejart-rudra.ch,  loanverneau.com, "Michel Gascard.com" & the trademark "Rudra Béjart"

     

    Creation of the website's Label and logo "TaoFemina" : artistic collaboration  with the composer Anne Vadagnin

     

    Applications: Dreamweaver, Photoshop, Adobe Bridge, Aperture, Microsoft Applications, Amadeus pro, Apple applications.

    Languages: mother tongue French; professional level English ; basic German

     

     

    Other experience:

     

    2001 – 2002 Acrobatics instructor at the Rudra Béjart school and Fondation Bejart Ballet, Lausanne

     

    1986 Acting/modelling in Paris

     Leading role in Baguette magique series: 4 instalments shown on French television  (TF1), directed by Robert  Cappa

     Haute Couture show for the fashion designer Per Spook in Paris

     Model for hair designer Alain Divert, Paris

     

    Valérie Lacaze has two children.

     

  • REFLEXIONS  -  THOUGHTS

     

     

    " Les artistes ne créent pas pour eux mêmes , en théorie;-)  mais dans un élan vital irrépressible.

    Cette urgence ne vient pas de nulle part... elle vient du monde qui les transperce, qui les bouscule, qui leur prend une part d'eux-même à leur insu.

    L'Art est une expression du divin, au sens où il parle ce que tous les mots ne parviendront jamais à dire.

    La lumière est devant nous, toujours.  Seul l'Art peut survivre au chaos... ".

     

     

     “Artists do not create for their own sake. They are driven by an irresistible life force.

     

    Its impulse does not come from nowhere; it comes from a world that stabs and jolts them and takes away a part of them, without their knowing it.

     

    Art is an expression of the divine in that it says what words can never say.

     

    The light is always there for us to see, but only Art can survive the chaos.”

     

     

     

    Un jour un ami m'a demandé : " Comment fais-tu pour chorégraphier ?"

    Je n'ai pas su lui répondre. Il a alors ajouté : "Mais comment les idées te viennent-elles, les mouvements, la mise en scène ? " Même interrogation. Je ne sais pas. Elles sont là, presque contre tout entendement. Elles occupent mon cerveau comme  des squatteurs ;-)

    Je lis un livre, visite un musée, marche dans une ville, écoute une musique et d'un seul coup, tout m'apparaît, comme un tableau complet : le titre, les solistes, les métamorphoses, les groupes, les costumes, la lumière, les accessoires, la mise en scène et bien sûr les pas. Mais pour les pas, je préfère ne pas trop y réfléchir car j'ai peur de ne pas m'en souvenir le moment venu dans le studio avec les danseurs.  Je me contrains à les mettre en stand-by dans un coin de ma mémoire. Je prends des notes, je dessine tout ce que je peux, les plans, les costumes et accessoires,  la scénographie, et je prie très fort pour pouvoir trouver les moyens matériels de faire aboutir ce qui va devenir une véritable obsession.

    A partir de ce moment-là, je ne cesse d'y penser, le jour, la nuit, en faisant la vaisselle ;-)

    Je suis prisonnière de cette chose indescriptible qui ne se calmera que lorsqu'elle l'aura décidé. En général, c'est plus ou moins après le premier spectacle, quand je sens que c'est abouti et que les danseurs se le sont appropriés.

    Souvent, il y a plusieurs projets qui se bousculent dans ma tête. C'est un peu compliqué mais chaque chose est à sa place. Avec l'âge, j'ai appris à compartimenter. Et puis, être maman a engendré en moi cette capacité à cumuler les fonctions et les responsabilités.

    Je sais que tout cela est un peu surréaliste ...  mais c'est ainsi depuis que je suis tout petite fille.

    J'ai fait subir tant de "répétitions de spectacle" aux amis de ma petite enfance ! Quand à l'âge de 16 ans, en pleine année du baccalauréat, on m'a proposé de chorégraphier une comédie musicale d'une heure trente, je n'ai pas hésité une seule seconde; la peur venait soudainement de changer de locataire ;-)

     Si bien des années plus tard l'enseignement me demande toujours beaucoup de préparation, la chorégraphie reste une sorte d'écriture automatique.

    Je suis convaincue que cela ne s'apprend pas et ne se réfléchit pas trop.

    Si chorégraphier demande moult réflexions et justifications, cela ne peut être totalement sincère, juste fabriqué et manipulé intellectuellement.

    La création n'est qu'un cri, un souffle vital. Doit-on réfléchir pour respirer ?

    Les danseurs en tant qu'être humains sont au centre de toutes mes créations. Ce n'est, en aucun cas, un moyen égocentrique de projeter sur eux ou de créer à travers eux ce que j'aimerais danser. Jamais.

    Ce sont eux qui m'inspirent ou plutôt qui excitent mon appétit. Je les regarde marcher dans un couloir ou rêver dans un coin et ils m'envoient les signaux involontaires de ce que je dois inventer en eux.

    C'est aussi pour cela que mes chorégraphies ne sont pas aisées à reprendre. Les rôles ont été réglés sur des danseurs en particulier et ne sont pas vraiment interchangeables. Cela ne me pose pas de problème car je ne suis pas nostalgique. La plus intéressante est forcément la prochaine création !

     

    Au final seul le public est maître du devenir de mes travaux. Je lui fait totalement confiance. J'accepte ses réactions.

    Je fais toujours, sans vraiment y réfléchir, des créations qui peuvent être lues à plusieurs niveaux. Je me souviens d'une petite fille russe qui avait vu dans mon final de "Qualia ou la vie d'artiste" deux amoureux qui s'envolaient au dessus des nuages. Le simple fait qu'elle ait eu à rêver me suffisait. Son interprétation était forcément la meilleure pour elle-même, je ne me sentais pas du tout trahie, au contraire j'étais comblée !

     

    Ma collaboration avec Anne Vadagnin tient à la fois du luxe et du privilège: c'est assurément un luxe d'avoir un compositeur quand on chorégraphie. Mais c'est avant tout un privilège de partager avec une telle personne. Je ne crois pas au hasard, nous devions nous rencontrer artistiquement.

    Chacune de nos recherches est particulière. Anne comprend immédiatement mes "folies" et est capable d'un rare ressenti. Nous avançons l'une à côté de l'autre, pétries de doutes et d'interrogations, mais paradoxalement sur une voie très claire et très paisible où la complicité fait loi.

     

     

    One day a friend asked me: “How do you choreograph ?”

    I didn’t know what to say. So he added: “How do the ideas, the movements, the staging come to you?” The same kind of question. I didn’t know what to answer. They’re just there, squatting in my brain. I can’t explain it.

    I might be reading a book, visiting a museum, walking through town, or listening to music when, suddenly, it all appears like a finished picture. It’s all there: the title, the soloists, the metamorphoses, the groups, the costumes, the lighting, the accessories, the staging and, of course, the steps. I try not to go into too much detail with the steps for fear of not being able to recall them when I’m there in the studio, in front of the dancers. But I make sure I put them on stand-by, in a corner of my memory. I take notes and draw whatever I can, the plans, the costumes and accessories, the stage set, and I pray hard that the resources to carry it all through are found.

    From that moment on it becomes a real obsession.  I never stop thinking about it; during the day, at night and when I’m doing the washing up. I’m a prisoner of that indescribable thing which only settles down when it decides to. In general, it’s more or less after the first performance that I feel it has been successfully completed and that the dancers have made it their own.

    I often have a number of projects all spinning around in my head at the same time. It seems complicated, but each one has its own place. With age I have learned to compartmentalise. What’s more, being a mother has given me the capacity to handle a number of functions and responsibilities simultaneously.

    I know it seems a bit surrealistic, but that’s the way it’s been ever since I was a child.

    When I was a little girl, my friends had to put up with so many dress rehearsals! When at the age of 16, the year of my baccalaureate, I was asked to choreograph a one-and-a- half-hour musical I didn’t hesitate for one second – all my uncertainties dispersed!

    Even today, after so many years, choreography is like automatic writing produced subconsciously. Teaching, on the other hand, is still a task I always need to prepare conscientiously.

    I believe that choreography is not something you learn or should think too much about. When choreography requires a lot of thought and reasoning it can’t be totally sincere, it’s a mere intellectual fabrication.

    Creation is just a cry, a breath of life. Do we need to think in order to breathe?

    My creations focus on dancers as human beings. It’s not some kind of egocentric projection, or my desire to create through them what I would like to dance. Not at all! It is they who inspire me, or better, whet my appetite. When I see them walking along the corridor or dreaming in some corner they emit involuntary signals telling me what to bring out in them.

    That’s why my choreographic pieces aren’t easily repeatable. The roles are adjusted to particular dancers and they’re not really interchangeable. It’s not a problem for me because I’m not nostalgic. I don’t look back, I’m already looking ahead, excitedly, to my next creation!

    In the end, the future of my work is in the hands of the audience. I trust them and fully accept their reactions.

    Without any real intention on my part, my creations can always be read in different ways.  This reminds me of a little Russian girl who imagined she had seen two lovers flying up above the clouds in the finale of my "Qualia ou la vie d'artiste". The simple fact that she was able to dream was good enough for me. Her interpretation was obviously the one that suited her best, which didn’t make me feel at all betrayed, on the contrary, I was very happy!

     

    Working with Anne Vadagnin is both a luxury and a privilege. It’s certainly a luxury for the choreographer to collaborate with the composer. But above all, it’s a privilege to collaborate with someone like her. I don’t believe in coincidences, our artistic partnership was meant to be.

    We each have our particularities. Anne immediately understands my ‘moments of folly’ and possesses a rare capacity for empathy. We move forward side by side, full of uncertainties and doubts, yet our desire to work and create together makes the path ahead extremely clear and serene.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

Website & logo created by  Valérie Lacaze - Copyright 2013